Seigneur de la Catena, était l’aîné des cinq fils de Guido della Catena. Il succèda à son oncle, Arrigo della Catena, qui, âgé, avait été conduit dans le village proche. Golgelmo eut un fils Lupaciello. Les génois qui commençaient à se familiariser avec les choses de Corse furent mécontents de ce que Golgelmo se lie avec les aragonais en raison de l’antagonisme entre aragonais et génois qui avaient, les uns et les autres, des prétentions sur la Sardaigne. Gênes décida en cette année 1329 d’attaquer Golgelmo et son fils Lupaciello dans leur fief. Elle ne put les réduire car ils avaient avisé Aragon et organisé leur défense avec succès, à Catena et à Cinarca. Le roi d’Aragon occupait alors la Sardaigne. Les habitants de Sassari se révoltèrent et massacrèrent les troupes aragonaises. Il en alla de même à Alghero où les génois vinrent secourir les sardes. Aragon répliqua en envoyant une flotte qui, après avoir battu la flotte génoise, se dirigea vers la Corse. Gogliermo della Rocca gouvernait alors la Corse, sous la protection de Gênes qui s’était imposée dans toute l’île, excepté en Cinarca et Catena, en affirmant qu’elle était venue en Corse à la demande des insulaires. Après que Gogliermo della Rocca ait changé de camp et choisi celui des aragonais, il s’appuya sur les seigneurs de Catena et de Cinarca. Ensemble ils demandèrent à Aragon de venir les assister, leur affaire échoua et Gogliermo della Rocca fût tué. En Cinarca et Catena, Golgelmo et son fils Lupaciello qui avaient, depuis 1329, combattu pour le roi d’Aragon furent attaqués, cette fois vaincus et déportés à Gênes où ils moururent. C’est vraisemblablement à cette époque que le Castello de Catena fût rasé, bien qu’aucun document ne l’atteste.