L’exercice de la démocratie dans la communauté de Letia au XVIIIème siècle.

Election du délégué de la communauté de Letia, devant représenter celle-ci à Corte, en vue des assemblées, consultes, congrès publics, généraux et suprêmes, qui seront convoqués par le Général de la Nation et le Conseil Suprême ou Conseil d’État.

Il s’agit ici du rapport rédigé à l’issue de l’élection du représentant de la communauté, le 12 juin 1765.

Au nom du Seigneur. Qu’il en soit ainsi.

Les nobles Agostino Arrighi et Anto Francesco Leca-Cristinacce, podestats majeurs, les nobles Giovan’ Vito Arrighi et Giovan’ Andrea Cipriani tous deux, respectivement Pères du Commun de Ponte in Su et de Ponte in Giu de la communauté de Letia, et, avec eux, tous ceux qui composent la plus grande partie de la communauté et de la population de Letia appelés, réunis, rassemblés comme à l’accoutumée, suivant les formes habituelles selon lesquelles ils doivent se réunir et se rassembler pour traiter, résoudre et conclure les affaires concernant la communauté, tant celles ayant trait communément aux hommes de cette communauté qu’à chacun en particulier, tous ensemble et séparément ont d’un propre, commun et unanime accord constitué, créé et fait pour Procurateur et syndic de leur communauté le noble capitaine Ignazio Arrighi de Letia. Ils lui ont concédé et donné, ils lui concèdent et donnent la faculté et l’autorité d’intervenir, de participer aux congrès publics, généraux et suprêmes et aux consultes qui seront convoqués par son Excellence le Seigneur Général et le Suprême Conseil d’État du Regnu qui se tiendront dans la ville de Corte ou en tout autre lieu désigné par son Excellence le Seigneur Général et le Suprême Conseil d’État, au jour déterminé par leurs soins. Dans ces congrès, consultes, assemblées et diètes, ledit procurateur pourra suggérer, insinuer et dire, proposer, demander, répondre, contredire ou approuver tout ce qu’il estimera bon, utile ou nécessaire pour le peuple et la communauté, ainsi que pour tout le Regnu et toute la nation, pour les provinces et pièves de la susdite nation et Regnu. Il pourra uni aux autres procurateurs, syndics et députés, traiter, résoudre, conclure, désigner, ordonner, établir, tout ce qu’ils estimeront le meilleur et le plus utile ou le plus avantageux pour les populations, hommes et communautés du Regnu et de toute la nation. Il pourra avec eux tous abroger, déroger, annuler, abolir, modérer, déclarer, constituer, créer, ordonner, établir et faire les lois, les statuts, les chapitres, les constitutions, les décrets, les règlements pour le gouvernement politique, économique, militaire, civil et criminel comme pour la façon et la règle à adopter dans les congrès publics généraux suprêmes, les consultes les assemblées et diètes ainsi que pour la constitution et l’établissement du gouvernement suprême du Regnu, des conservateurs des lois de l’État, du tribunal civil, criminel et des magistrats provinciaux, du magistrat des finances publiques et des ordres militaires ainsi que de tous leurs chanceliers et officiers respectifs, pour la nomination et l’élection des personnes ou sujets qui doivent les composer ou les former. Il établira leurs émoluments respectifs ainsi que toute autre chose qui sera jugée opportune, nécessaire, bonne et utile au bon règlement et gouvernement de toute la nation, de tout le Regnu, de chaque province et piève, lieu, village ou ville. Il pourra accepter les dites lois, statuts, chapitres, constitutions, décrets, règlements et ordonnances. Tous promettront de les observer en leur nom propre et en celui de leur communauté. En ce qui concerne les choses susdites , la communauté de Letia promet de faire tout ce qui sera suggéré, insinué, dit, proposé, demandé, répondu, posé ou contredit par le noble capitaine Ignazio ainsi que tout ce qui sera traité, résolu, conclu, décrété, ordonné, établi et fait dans les formes susdites. De même, la communauté de Letia donne au procurateur et Syndic présent une faculté plus grande encore : qu’il ne puisse sous aucun prétexte, motif ou raison manquer d’autorité, voulant que toute l’autorité lui soit concédée et donnée afin qu’il puisse faire tout ce que pourraient faire les autres représentants de communautés et populations. En outre, ladite communauté de Letia lui a donné et concédé, lui donne et concède de pouvoir s’unir et s’associer aux procurateurs et syndics des autres lieux, villages et communautés de la piève de Vico afin que ces derniers, réunis et rassemblés, puissent élire, faire, créer, constituer ou substituer un ou plusieurs procurateurs et syndics de toute la piève avec les facultés et autorités susdites, afin que celui ou ceux qui seront faits, créés, constitués, ou substitués procurateurs ou syndics de toute la piève aient toute la faculté et l’autorité données par les représentants de Letia au dit noble capitaine Ignazio Arrighi, leur procurateur et syndic. Ces derniers promettent de respecter tout ce qui sera fait par leur procurateur et syndic ou par celui ou ceux qui, comme ci-dessus, sera ou seront constitués ou substitués, faits et créés et de ne jamais contredire, contrevenir et contester, le tout sous serment, en touchant l’un après l’autre les saintes écritures.

Fait à Letia sur la place commune, le dimanche 12 mai 1765 aux environs de midi.

Témoins : Bastianu fils de Matteo, Giovan Battista fils de feu Giovan’ Angelo et Salvatore, fils de feu Anton’ <Matteo, tous de Letia.

Notaire : Antonio Arrighi (Sources : Registre notarial de l’intéressé, Archives Départementales de la Corse du Sud).